Accueil du site > Fans de carottes > L’automne à la ferme

L’automne à la ferme

vendredi 12 novembre 2010

Bonjour à toutes et à tous,

Voilà quelques nouvelles de votre maraîcher préféré en cet automne. Il ne se passe rien de spécial sur l’exploitation depuis cet été, rien que la routine.

Des petits problèmes quand même : toujours le manque d’un lieu de stockage adapté à la conservation des légumes de garde. Les 2 pallox d’oignons censés vous ravitailler jusqu’en janvier ont commencé à regermer suite aux trois jours de pluie ininterrompue de fin octobre. En effet la serrre tunnel où ils sont stockés depuis fin-août, si elle ne laisse pas passer la pluie, n’est pas isolée pour autant : l’air y est aussi froid et humide que dehors, donc les oignons regerment, ce qui est irréversible. Les coucourdes diverses et variées qui y sont elles aussi entreposées ne craignent pas trop l’humidité, par contre elles ne supporteront pas les premières gelées à -4 qui devraient arriver avant décembre. Donc il faut que j’oblige un collègue à débarasser son garage vite fait pour les mettre hors-gel chez lui, ce qui sera très très pratique pour la suite des distributions, de courir de gauche à droite pour prendre ici deux cagettes d’oignons, là une trentaine de courges, plus les cueillettes... Vivement que je puisse faire un hangar pour enfin travailler dans des conditions correctes, au bout de 6 ans à devoir improviser en permanence, je commence à en avoir plein le...

Voilà, donc un joli hangar comme vous imaginez, avec l’eau pour laver les cagettes, l’électricité pour pouvoir bricoler ou brancher une chambre froide pour l’été... Un hangar qui ferme pour ranger le matériel à l’abri, pas dans une serre ouverte aux quatre vents ; et puis les récoltes bien sûr, les pommes de terre quand on les réussira de nouveau, les oignons, les coucourdes, les melons jaunes, les racines d’hiver... Un hangar quoi !! Bon faut d’abord que je signe l’acte pour ce fameux terrain hors "Zone Environnementale Agricole" (ne cherchez pas ça n’existe qu’à Camps-la-Source, c’est fait pour faire pousser du blé dur ou des carottes ou de la baouco, mais sûrement pas des serrres ou des hangars, ça dénature le paysage). Moi je voudrai faire une "Zone Constructible Environnementale", pour que les gens y habitent, mais sans que ça se voie, sans que ça me heurte la vue tous ces crépis jaunes rouges et ocres quand je suis dans ma ZEA. Bon c’était une remarque personnelle. Pour en revenir à ce terrain, si le Roy de Camps me le permet, je devrais pouvoir y faire le hangar de mes rêves et toutes les serres que je veux, ça dégraderait pas trop l’environnement vu que c’est le secteur le plus froid et le plus à l’ombre de la plaine, y’a personne qui le regarde. Bien exposé à l’hubac, c’est impeccable, ça conserve, et en plus juste en dessous de la pénétrante (comme disent les Aménageurs) Brignoles-Toulon, ce sera plus facile pour exporter d’être à côté d’un grand axe routier. Enfin ironie mise à part, c’est peut-être pas le terrain de mes rêves, mais ça pourrait me permettre de faire avancer le chemileblique, alors soyons pragmatiques ! Voilà pour les projets, pour le quotidien de l’hebdomadaire des distributions, vous savez déjà tout (non ?) ; -les légumes sont plein de terre, c’est normal, ils poussent dedans ; -Non le potimarron ne s’épluche pas-oui il y aura d’autres salades que de la roquette cet hiver ; - la courge spaghetti et le chou de Bruxelles,c’est très très bon, faut juste trouver la recette qui va bien et la dire très vite à tout le monde, via la feuille de chou par exemple.

Si vous avez d’autres remarques, faites m’en part, je tacherai d’y répondre dans une prochaine communication avant le printemps c’est promis.

Merci

Benjamin CABOT